Close

Nous utilisons les témoins (cookies) pour faciliter les interactions avec nos sites Web et nos services. En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation de témoins. En savoir plus.

 
Sujet: Leadership

5 compétences essentielles pour un leadership mondial efficace

Image Component needs to be configured.

Le leadership mondial repose sur la gestion d’une entreprise au-delà des frontières, dans des systèmes culturels, juridiques et économiques différents. C’est de savoir comment opérer dans des environnements multiples en tentant de réaliser un objectif commercial commun.

Contrairement à bien des articles sur le sujet, je ne tiens pas à mettre l’accent uniquement sur les différences culturelles. Certes, elles sont importantes, mais il existe d’autres « incontournables » tout aussi importants. Comme vous pourrez le voir, le lien entre les différences culturelles est partie intégrante de chaque « incontournable ».

Au risque de déplaire, je n’aborderai pas non plus les compétences mondiales. Selon moi, les compétences mondiales standard qui ont été élaborées et publiées sont génériques et nécessaires à chaque leader, où qu’il soit dans le monde.

Aucune des compétences relevées ne tient compte de la réalité d’une entreprise mondiale. C’est pourtant un élément important.

Voici les 5 qualités « incontournables » d’un leader mondial :

1. Être curieux

Il s’agit d’une priorité absolue. Les meilleurs leaders mondiaux sont ouverts aux nouvelles expériences. Au quotidien, ils sont curieux de nature à propos de toute nouveauté. En se familiarisant avec la culture d’autres pays, ils peuvent se garder de critiquer ou d’émettre une opinion.

Selon J. Stewart Black, ancien directeur de INSEAD à Singapour, « Dans un nouveau pays, les leaders mondiaux à potentiel élevé recherchent les nouvelles expériences. Ils veulent goûter aux mets locaux, et non à la cuisine internationale d’un hôtel cinq étoiles. Ils parcourent le journal local; ils échangent avec les résidents locaux. »

Détrompez-vous : une affectation à l’étranger de fait pas automatiquement de vous un leader « mondial ». Durant mes années de travail à l’étranger, j’ai rencontré des dirigeants qui vivaient dans une bulle américaine expatriée. Ils n’ont fait aucun effort pour comprendre ou découvrir la culture locale.

Ils étaient même parfois critiques et moqueurs à propos de la culture. Ils ne socialisaient qu’avec d’autres Américains et se plaignaient des « inconvénients » locaux comme de ne pas pouvoir acheter leur marque de céréales préférée. De telles personnes reçoivent peut-être plusieurs affectations à l’étranger, mais pour être un leader efficace à l’échelle mondiale, leur mentalité doit évoluer.

2. Gérer des perspectives et ambiguïtés multiples

La capacité de traiter ces enjeux se mesure 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. On la remarque davantage dans les rôles mondiaux que dans les rôles purement nationaux.

Un leader mondial doit composer avec des points de vue et des perspectives multiples issus de divers pays. Il doit être flexible, réceptif face aux différences véritables dans la résolution de problèmes entre les pays. Il doit pouvoir apprendre de ses erreurs et trouver un équilibre entre les objectifs à court et à long termes.

3. Savoir réorienter le cadre de fonctionnement

Ceci renvoie à la capacité de changer de style de leadership selon le pays ou la culture.

Par exemple : un style consultatif qui fait appel aux idées des autres peut-être adéquat en Italie, mais il ne serait pas approprié en Corée où les employés sont habitués à une structure très hiérarchique et s’attendent à ce que les dirigeants apportent toutes les réponses.

4. S’adapter et ajouter de la valeur

Il y a un moment pour enseigner aux employés à l’étranger et un moment pour apprendre de ces mêmes employés; un moment pour prendre des décisions et un moment pour écouter. Trouver le juste équilibre est une compétence de leadership efficace.

Les leaders mondiaux qui s’adaptent trop à l’environnement local risquent d’avoir plus de difficultés à atteindre leurs objectifs. Mais ceux qui s’empressent trop à enseigner (à ajouter de la valeur) pourraient démotiver les autres. Le leader risque de passer pour un Américain arrogant qui croit tout savoir et qui estime que la manière américaine est la seule voie possible.

5. Comprendre des modèles d’affaires multiples

Les modèles d’affaires varient d’un pays à l’autre et varient de ceux connus aux États-Unis. Un leader mondial doit comprendre les exigences de chaque pays pour personnaliser le marketing, l’image de marque, les produits et services et les techniques de vente.

Les entreprises américaines ont connu un succès à l’échelle nationale en misant sur l’efficacité opérationnelle et les processus d’affaires. Ces éléments ne sont pas transférables dans tous les pays. Dans les pays en voie de développement, par exemple, une approche plus entrepreneuriale est requise. L’accent doit porter sur la percée dans le marché, l’apprentissage d’un nouveau modèle d’affaires et le développement d’une présence/d’une marque. L’efficacité opérationnelle et les processus sont mis en veilleuse.

Étant donné que 50 pour cent des revenus des multinationales américaines proviennent de l’étranger, il est essentiel que les leaders comprennent les marchés stratégiques de l’avenir. Les entreprises prospères de demain seront celles qui forment déjà des gestionnaires pour en faire des leaders mondiaux.

* Assurez-vous de bien remplir tous les champs obligatoires.